Quand deux baroudoventuriers se rencontrent …

Julie et Yvan en haut d'une montagne en via férata

Avec Yvan nous nous sommes rencontrés fin 2018 sur le bitume d’un skatepark du sud de la France (ça vous fait rêver hein  ! ) . Moi j’étais en stage de fin d’études d’ingénieurs en environnement, et sur mon temps libre j’ai commencé par chercher désespérément des vagues à Palavas les Flots, puis me résigner et finir par compenser mon manque de surf avec le skate-board. Lui, c’était un mec du coin, skatos depuis 20 ans, qui avait sa petite vie pépouze dans ce bled, où étrangement, lorsque l’envie leur prend, ils se mettent à lâcher des vachettes partout dans des arènes, dans des arènes avec des piscines, ou tout simplement dans les rues … ha les coutumes locales ! C’est un délire !

À partir du moment où je l’ai entendu raconter ses périples solos en Europe et au Japon, j’ai du commencer à me dire « tiens ce gars à l’air différent de ces types qui traînent au skatepark à manger des gros sandwichs toute la journée » (comprendre fumer de la mari hmmhmm houlalaaa c’est illégal…) et puis ça a tout de suite matché !

On avait chacun vécus nos aventures de baroudeurs minimalistes dans notre coin alors nos premières excursions de couple, ça n’a pas été dans un hôtel 4**** mais plutôt en tente 3 secondes avec un ciel 1000* , pour faire découvrir la Bretagne que j’aime plus que tout à ce Sudiste. Ce test de compatibilité baroudophile passé, on a très vite eu l’envie de partir loin et longtemps . Moi je voulais retourner en Amérique du Sud, au Brésil notamment, pays dont j’étais tombée amoureuse lors d’ un stage de 6 mois en école d’ingé, lui était plutôt attiré par la découverte de l’Asie en général.

Yvan devant un temple au Japon

Alors ce projet a évolué et mûri.

Voici pour résumer cette évolution quelques bribes de conversations :

– Début 2020-

Yvan : Pourquoi pas passer d’abord en Asie puis aller en Amérique du Sud ?

Julie : Mais bien sûr ! En plus c’est totalement sur la route ! (ironie ++)
Bon ok mais sans prendre l’avion, c’est trop facile et pas écolo…

Y : Ok alors en stop ? (Merci Nus et culottés…)

J : Ok ! On pourrait prendre le train transibérien pour aller directement de Moscou à Pékin, ça serait ouf !

Printemps 2020 –

La Covid qui passe par là : Non vous ne passerez pas ! Restez chez vous !

Hiver 2021 –

J et Y : Bon, maintenant que la période covid est terminée, on peut partir !

Poutine qui passe par là : Non vous ne passerez pas ! Restez chez vous !

Y : Ok le transibérien Moscou-Pékin c’est mort donc il nous faut un itinéraire BIS ! On peut passer plus au sud par les pays en STAN ? (On sait qu’ils finissent en STAN mais personne ne sait les écrire correctement)

J : Ok ! Mais en fait je veux plus partir en stop ! J’aime pas attendre longtemps, être dépendante des autres et en plus j’ai peur en voiture. J’ai pas envie de mourir dans le camion d’un polonais alité à la vodka…

Y : Ok … alors en vélo ?

: Ouai ! J’aime le sport ! Et pas besoin de se trimballer avec une carapace de tortue (sac à dos) , on mettra tous dans les sacoches du vélo !

…..

J et Y : Tiens les copains Luc et Stéphanie rencontrés à un stage de voile ont fait un tour du monde en vélo-couché il y a 15 ans , fallait le faire ! Chelous comme engins, quelle idée !

……

Printemps 2022 –

Après avoir fait le tour du lac d’Annecy en vélo-couché…
( merci Diego de ONA Bikes pour la location !)

Yvan et Julie sur des vélos couchés
Julie et Yvan en vélo couchés autour du lac d'annecy

J et Y : Ha mais c’est trop bien en fait le vélo-couché ! On voit bien le paysage, on a pas mal au culcul, c’est ce qu’il nous faut !

Tout notre entourage : Vous êtes vraiment pas nets (mais si on est très nets!) de vouloir partir avec ce genre de vélos, c’est fait pour les handicapés seulement, vous allez vous faire culbuter par une voiture car on vous voit pas, et puis dans les montées ça sera trop dur nianiani nianana

J et Y : Nous on s’en fou on relève le défi ! On va prouver le contraire !

Et puis s’agirait pas de faire une traversée en mode 100 % touristes ,on veut aider, rencontrer des populations , s’immerger à 100 % !! On pourrait faire des volontariats et se poser un moment à certains endroits du périple !

Ok alors let’s gooooooo !

FIN !

Mais pour envisager tout cela, il fallait d’abord des soussous dans la popoche, alors nous avons quittés nos boulots à Nantes, et sommes partis voir si l’herbe était plus verte en Suisse (spoiler … elle l’est ! et surtout tondue tous les 2 jours ! Ce qui est vraiment beaucoup trop à notre goût !)
Nous voilà donc partis pour deux saisons intenses en restauration dans les Alpes suisses , de quoi en sortir dégoûtés de la fondue et des raclettes ! Et puis pour terminer une dernière saison dans le Finistère Sud (mon p’tit paradis sur Terre).

Maintenant place à l’aventure !

Départ prévu le 6 Novembre 2023…